La pensée de Diderot

Avec Rousseau et Voltaire, Diderot est considéré comme la troisième grande figure de l’illumination. «Lumières» fait référence aux courants d’idées et d’attitudes qui est apparu en Europe à la fin des 17ème et 18ème siècles. Bien qu’il y ait plusieurs Pensée des Lumières désunie, ils partagent tous une volonté de briser le pouvoir de la religion dogmatique et se débarrasser des chaînes de la superstition, en appelant place au pouvoir de la raison. Relations sociales féodales et absolutisme politique ont également été rejetés. Inspiré par la nouvelle science de Galileo et Newton, le Enlight- Enment était le début de la prétendue ‘Age of Reason’. En son cœur était un conflit entre la domination de l’Église sur la vie intellectuelle et l’esprit interrogateur, luttant pour connaître et comprendre le monde à travers la raison. Éclaircissement les penseurs croyaient que la vérité pouvait être obtenue par une combinaison de raison, de observation et une bonne dose de doute systématique et critique. cependant, sous- mentir, c’était une croyance fondamentale en l’univers en tant que principe essentiellement rationnel. Gression. Diderot, né chez un coutelier à Langres, en France, a été instruit par les jésuites à Paris. En 1745, l’éditeur André Le Breton l’a chargé de traduire un anglais encyclopédie en français. Ce qui s’est réellement passé, c’est que Diderot et son collègue Jean d’Alembert, rédacteur en chef pendant un moment, accompagné d’une équipe de «littérateurs» aux vues similaires, scientifiques et même du clergé (sans parler bien sûr de Voltaire), a réécrit l’ensemble du travail. La plupart des articles ont été écrits exclusivement par Diderot lui-même. Ce qu’ils créée était une encyclopédie qui en faisait ressortir les principes essentiels et cations de tous les arts et de toutes les sciences alors connus, soutenus par un rationaliste moderne philosophie et une croyance dans le progrès de la recherche humaine. Comme les écrits de Voltaire, Diderot n’irait pas sans censure, et Diderot a également été arrêté et emprisonné pour avoir épousé une version du matérialiste athéisme. Malgré trois mois d’incarcération, Diderot a achevé et publié le premier volume de l’encyclopédie en 1751. Au cours des vingt prochaines années, une nouvelle 16 volumes d’écrits, accompagnés de 11 volumes de planches, paraîtront, malgré les nombreuses tentatives des autorités pour la réprimer. Le coéditeur de Diderot signé lors de la publication du septième volume en 1758, par peur de la censure. Même l’éditeur Le Breton, à l’insu de Diderot, a secrètement supprimé certaines matériel dans les épreuves finales corrigées. Diderot, cependant, ne se laissa pas abattre, bien que profondément blessé quand il a appris la duperie de Le Breton. Une illustration de l’Encyclopédie, montrant une fonderie de fonte de produits en fer ucts. Le four est taraudé pour permettre au métal en fusion de couler dans les moules. Diderot a écrit un certain nombre de pièces au cours de sa vie, dans lesquelles il a épousé sa philosophie matérialiste et présenté quelques idées remarquables en biologie et chimie qui annonçait des développements ultérieurs. En particulier, ses spéculations sur l’origine de la vie, qui ne nécessitait plus l’intervention divine, était une nécessité précurseur marquable de la théorie de l’évolution de Darwin. Il a également préempté Freud par suggérant que les expériences de l’enfance ont eu une influence sur le développement de la morale valeurs. En dépit de son énorme impact sur le développement de la pensée occidentale, le Enlight- La période d’enregistrement a finalement échoué en raison de la trop grande importance accordée à la raison et à la nalité au détriment d’autres caractéristiques humaines. Hume et Kant critiqués à cet égard. La raison, a déclaré célèbre Hume, est simplement l’esclave du passé Sions. En d’autres termes, il contribue à la réalisation de nos désirs, mais n’est pas la force motrice fondamentale de l’humanité, sans parler de l’univers en général.