Les défis du Transilien

Le Transilien, service ferroviaire de SNCF Mobilités en Ile-de-France, assure 2,7 millions de voyages quotidiens, avec une offre de près de 60 millions de trains-km annuels. Il représente 15% des circulations en trains-km (soit 3 fois moins que les TER), près de 17% des trafics en voy.km (soit plus que les TER) et près de 70% des voyageurs transportés. Le modèle économique repose largement sur les contributions de l’autorité organisatrice Ilede-France Mobilités (ex-STIF); pour un coût global d’environ 3 milliards d’euros les recettes commerciales étaient de 1 milliard d’euros avant 2015. La politique d’abonnement Navigo à prix unique mise en place par Ile-de-France Mobilités en 2015 a réduit la contribution des usagers du Transilien, en euros par voyageur-kilomètre, de l’ordre de 25%. Si la baisse du tarif a eu un effet d’induction significatif sur la fréquentation, globalement les recettes commerciales ont baissé. Par ailleurs, les achats de matériel roulant, longtemps portés par la SNCF, ont progressivement été transférés à Ile-de-France Mobilités. L’enjeu du Transilien est de faire face à l’accroissement de la demande et d’améliorer la qualité de service, dans un contexte marqué par l’obsolescence de l’infrastructure et l’importance des travaux de rénovation, qui impacteront inévitablement les circulations pendant les 10 années à venir, alors même que la modernisation du réseau ne portera ses fruits qu’en fin de période. Parallèlement, Ile de France Mobilités a engagé le renouvellement accéléré du matériel roulant afin d’améliorer la qualité de service. D’importants investissements seront ainsi mis en service après 2020. Compte tenu de la charge financière déjà très lourde que représentent les transports collectifs en Ile-de-France, une contribution accrue des usagers semble inévitable.